Accueil arrow Culture arrow Elise Husté et l'école Gan-Larrouy
Accueil
Vie de la commune
Municipalité
Urbanisme
Enfance & Jeunesse
Culture
Sport
Associations
Economie locale
Environnement
Service Social
Tourisme
CDAPP


Elise Husté et l'école Gan-Larrouy

ecolelarrouy.jpgEn août 2013, dans sa 91ème année, Elisabeth Husté, dite Elise, s'est éteinte à la Maison de retraite Marie-Blanque où elle était entrée en février 2011. Mais l'essentiel de sa vie s'est passé au quartier Gan-Larrouy et plus particulièrement dans "cette école à classe unique" qu'elle affectionnait tant.

elisehuste1.jpgNée à Gère-Bélesten le 29 novembre 1922, Elise Camdessoucens entre à l'Ecole Normale en 1940. Elle sort major de sa promotion en 1944, mais les membres de la Commission Départementale qui distribuaient les postes aux normaliens sortants, ne sont pas tendres avec elle :« Celle-là, on va la mettre à Gan-Larrouy, ça lui fera les pieds ! ». Elle remplacera Mme Hinvout. Cela lui a fait si bien les pieds qu'à 87 ans révolus, Elise était toujours à Larrouy, bien enracinée, dans sa maison près de l'école !

Un vieux confiturier, une non-moins vieille bonnetière, un sommier, une table et deux chaises, sa malle d'interne, et la voilà « installée » au premier étage de l'école, en octobre 1944.
Pas d'eau à l'école, pas d'électricité. Une lampe à acétylène éclairera son travail. Ses écoliers, ses "gosses" sont une vingtaine. Ils apportent leur « gamelle » car ils restent à l'école toute la journée. A midi, ils réchauffent leur repas sur la plaque du poêle à bois.

Chaque samedi soir, Elise gagne Haut-de-Gan où elle prend le train pour la vallée d'Ossau. En janvier 1946, elle se marie avec (John) Roger Husté, de la maison Camps(1), rentré des stalags nazis et qui sera adjoint du maire de Gan Louis Bidau. Ils auront un fils, Jean-Claude.

En 1955, à la demande de son inspecteur, Elise passe le certificat d'Aptitude à l'Enseignement Ménager Agricole et met en place un cours Ménager Agricole post scolaire tous les jeudi, d'octobre à mai (les enfants n'avaient pas classe le jeudi). Le cours est fréquenté par des jeunes filles de 14 à 18 ans, futures agricultrices.
En 1956, le bûcher est transformé en réfectoire et un abri est bâti pour le bois. En 1959, eau courante et électricité arrivent enfin. Une coopérative et un jardin sont mis en place.

elisehuste.jpgL'école participe aussi chaque année aux Lendits et, en 1960, récolte la médaille du Premier Capitaine Départemental. En octobre 1965, les poêles à mazout équipent salle de classe et réfectoire. Adieu les corvées de bois! Cette année, le réfectoire s'avère exigu : 32 élèves en classe avec l'arrivée d'une famille portugaise, 15 en cours ménager. L'achat d'un préfabriqué est discuté et décidé. Baptisé, "Le Chalet" par les élèves, il est implanté au nord de la cour de récréation. Il offre aux jeunes filles une partie cuisine, une partie travaux pratiques. En 1967, il est doté d'un téléphone. Tout va pour le mieux, Mais, en 1968, l'effectif chute : 8 élèves seulement à la rentrée prochaine. Les "gosses" vont aller à Gan, au bourg, dans les classes primaires. Quant aux jeunes filles, elles vont être réunies avec des garçons qui suivent des cours agricoles, dans une salle de la mairie de Gan : un Cours Professionnel Rural est créé dont Elise prendra la responsabilité jusqu'à sa retraite en 1978, où elle se retire dans sa maison près de l'école.
Une belle surprise lui est faite le 22 janvier 1994; Elise reverra tous ses élèves à l'occasion d'une fête de retrouvailles regroupant 114 personnes au restaurant "La Tanière" (2). Corbeilles de fleurs, cadeaux, compliments, échanges de souvenirs; l'occasion pour Elise de dire à tous, combien elle avait été heureuse dans cette école de Gan-Larrouy. Rajoutons qu'Elise fut nommée Chevalier des Palmes Académiques et Chevalier du Mérite Agricole.

Daniel Trallero
Gan Mémoire et Patrimoine
Juin 2015

(1) John-Roger était né à Détroit (Michigan-USA), le 29 octobre 1915, car ses parents avaient émigré comme beaucoup de Béarnais en Amérique, mais il revint à Gan à l'âge de 6 ans. Il nous a quittés en mars 1998, deux ans avant son fils.
(2) C'est aujourd'hui Le Bistrot de l'Ossau de Hervé Bélio; La Tanière fut tenue de 1986 à 2000 par Pierre Loustalot.

 
< Précédent   Suivant >